Les industries de la confiance numérique se dotent d’un Observatoire

Position de l’ACN sur la proposition de règlement sur le Centre européen de compétences industrielles, technologiques et de recherche en matière de cybersécurité (ECCC) - COM(2018)630
Le secteur de la confiance numérique comportant entre autres la cybersécurité, l’identité numérique et la traçabilité est aujourd’hui au cœur de l’actualité. La France dispose dans ce domaine d’un tissu industriel performant et d’une excellence mondialement reconnue grâce à des leaders mondiaux, à des PME, aux ETI et aux différents acteurs dynamiques du secteur. L’Alliance pour la Confiance Numérique (ACN) a pour vocation de fédérer ces principaux acteurs français et européens de la confiance numérique. Dans le but de mieux cartographier cette industrie, et suite à une première étude publiée en 2013, l’ACN lance une nouvelle version de l’Observatoire de la confiance numérique et invite, dans une logique collaborative, tous les acteurs et entreprises du secteur à y participer.

Le secteur de la confiance numérique comportant entre autres la cybersécurité, l’identité numérique et la traçabilité est aujourd’hui au cœur de l’actualité. La France dispose dans ce domaine d’un tissu industriel performant et d’une excellence mondialement reconnue grâce à des leaders mondiaux, à des PME, aux ETI et aux différents acteurs dynamiques du secteur. L’Alliance pour la Confiance Numérique (ACN) a pour vocation de fédérer ces principaux acteurs français et européens de la confiance numérique. Dans le but de mieux cartographier cette industrie, et suite à une première étude publiée en 2013, l’ACN lance une nouvelle version de l’Observatoire de la confiance numérique et invite, dans une logique collaborative, tous les acteurs et entreprises du secteur à y participer.

Face à la multiplication des cybermenaces qui touchent l’ensemble des composantes de notre société (Etat, administration, entreprises, citoyens) et afin de contribuer à la consolidation de la filière sécurité en France, l’ACN souhaite identifier les acteurs français de la confiance numérique, évaluer leur poids, et en faire une cartographie sur le plan économique, technique et géographique. Une mise à jour de l’Observatoire de la confiance numérique, sorti pour la première fois en 2013, a ainsi été lancée.  Les contours (définition du périmètre) de cette étude, confiée au cabinet DECISION, ainsi que la segmentation ont été présentés dans le cadre du Forum International de la Cybersécurité (FIC) 2017 le 24 janvier à Lille.

Le secteur étant très dynamique et en constante évolution, cet observatoire se veut désormais itératif. Il publiera deux fois par an un tableau de bord de la Confiance Numérique. Il aura pour objet d’identifier, recenser et interroger les principaux acteurs, de recueillir des données quantitatives sur l’emploi et l’activité économique, de comprendre les évolutions du domaine. Il s’agit donc de dresser un panorama détaillé du marché de l’offre industrielle dans le domaine de la confiance numérique et en cybersécurité (segmentation, marché national, marché export, nombre d’emplois, cartographie, nombre et typologies des acteurs, ..)

Ce travail comportera deux volets : une enquête de masse auprès des acteurs de la confiance numérique, l’objectif étant de recueillir les réponses de l’ensemble de l’écosystème (PME, laboratoires, …) et des entretiens en face à face avec les entreprises les plus importantes du secteur. Ce processus se veut avant tout être collaboratif et ouvert : Toutes les entreprises de la confiance numérique peuvent y participer en remplissant le questionnaire de l’étude (voir lien en bas de page)

A l’occasion du FIC, quelques premiers chiffres ont été présentés comme l’estimation du chiffre d’affaires France du secteur de 2016 (8,6 Milliards d’euros) et le taux de croissance annuel moyen au cours des trois dernières années (9%). Pour Jean-Pierre Quémard, président de l’ACN,  « les premiers résultats de l’étude en cours confirment que la confiance numérique et la cybersécurité sont des domaines à la fois stratégiques et en forte croissance, et que les entreprises françaises et européennes ont des positions fortes de leaders au niveau mondial. Nous espérons que ce nouvel outil à disposition des entreprises et de l’Etat permettra d’envoyer une vision globale et partagée par tous les acteurs de ce secteur stratégique ».

Les résultats de cette étude seront présentés lors d’un évènement public à la fin du premier semestre 2017. Cet observatoire a pour vocation d’améliorer la connaissance de ce secteur particulièrement important et d’éclairer les politiques publiques en matière de sécurité numérique notamment en contribuant au volet confiance numérique dans l’observatoire de la sécurité mis en chantier par le comité de filière des industries de la sécurité (COFIS).

Pour participer à l’Observatoire, consulter le lien ci-dessous :

https://observatoire2016acn.typeform.com/to/n9nFUQ

Contact : iboistard@confiance-numerique.fr

Télécharger ce communiqué (PDF)

Partager :

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on whatsapp
Share on print
Share on email

Autres articles

Guide pour sécuriser le télétravail

Une offre capacitaire qui se veut pédagogique et ambitionne d’aider les entreprises à mieux visualiser les risques inhérents à la pratique du télétravail et à y apporter un catalogue de réponses concrètes et adaptées.

Position de l’ACN sur la proposition de règlement sur le Centre européen de compétences industrielles, technologiques et de recherche en matière de cybersécurité (ECCC) - COM(2018)630

Observatoire ACN 2021 de la Confiance Numérique

Année après année, l’Observatoire ACN de la Confiance numérique vient scruter les évolutions et les perspectives du secteur. L’édition 2021 apporte un premier éclairage précieux sur le comportement de notre filière dans ce contexte inédit. Il souligne notamment que le secteur de la confiance numérique s’est montré, en 2020, très dynamique malgré la crise et est en pôle position pour apporter des réponses aux défis (souveraineté numérique, sécurisation des usages,…) qui nous attendent.